Changer les règles

Pourquoi est-il si addictif de
presser les points noirs et la
méthode recommandée par les dermatologues
pour s'en débarrasser

Nous sommes toutes passées par là : vous lavez votre visage, l'essuyez, puis vous vous regardez dans le miroir pour découvrir un essaim de points noirs sur le bout de votre nez. La lumière vive de la salle de bain amplifie cette scène d'horreur. Une exclamation de dégoût vous échappe. La seule solution est de sortir vos outils, c'est-à-dire vos ongles, et de commencer à presser.

Douloureuse satisfaction
C'est à la fois repoussant et extrêmement gratifiant. Chaque épuration réussie vous fait éprouver un sentiment de satisfaction. « Il y a quelque chose d'étrangement satisfaisant à pouvoir utiliser vos ongles et à éprouver ce soulagement. Vous avez accompli cette mission sur votre visage. C'est cette satisfaction immédiate qui est vraiment gratifiante » dit la Dre Samantha Boardman, M.D. et fondatrice de Positive Prescription, un cabinet de psychologie positive de la ville de New York.

Pour la plupart des gens, presser des comédons est une petite habitude gratuite qu'ils peuvent contrôler. Pour certains toutefois, cela peut rapidement devenir une obsession. « Chaque fois qu'ils le font, ils libèrent un peu de dopamine et c'est le même type de neurotransmetteur qui est libéré pour beaucoup de comportements de dépendance », dit la Dre Michelle Henry, professeure clinique de dermatologie au Weill Medical College. La dopamine affecte directement vos émotions, ainsi que votre sensation de plaisir et de douleur. Elle contrôle le centre de récompense du cerveau, ce qui explique pourquoi le pincement crée une dépendance si forte et particulièrement difficile à arrêter.

Les conséquences néfastes pour la peau
Chaque séance de pincement cause des dommages visibles à la peau, surtout s'il s'agit d'un événement quotidien. « Pincer, arracher, tirer, piquer – tout cela peut étirer l'élastique autour des pores, ce qui les rend de plus en plus larges et les empêche de reprendre leur forme. Au final, vos pores auront l'air plus larges et deviendront de plus en plus visibles. Le périmètre de vos pores est comme le col de t-shirt. Une fois étiré, il ne retrouvera jamais sa forme originale.  Il s'agit de dommages irréversibles », dit la Dre Henry. Le fait d'endommager votre peau en la pinçant ou en la grattant peut aussi causer de l'inflammation, de l'hyperpigmentation et des cicatrices. Le pincement fait également pénétrer les bactéries, l'huile et la saleté de vos mains dans vos pores, ce qui peut créer plus de comédons.

Se défaire de mauvaises habitudes
Lorsque vous ressentez l'envie de pincer un comédon cherchez une distraction immédiate : faites une promenade, appelez un ami, faites de l'ordre dans votre garde-robe, ou même encore enfilez une paire de gants. « Vous voulez interrompre la tendance et créer une nouvelle routine qui peut vous empêcher d'adopter ce comportement de grattage », dit la Dre Boardman. De plus, ajoute la Dre Henry, procurez-vous un excellent produit qui éliminera les comédons sans endommager votre peau. De cette façon, vous obtiendrez une gratification instantanée, sans risque d'agrandissement des pores, de douleur ou de cicatrisation. Sa suggestion : l'extracteur de comédons chauffant. Cette formule purifiante chauffe lorsqu'elle est mélangée à de l'eau, ouvrant doucement les pores pour que l'acide salicylique, la poudre de bambou et la pierre ponce puissent agir pour éliminer l'huile oxydée, la saleté et les débris sans endommager la peau. Il est également doté d'un embout applicateur texturé qui aide à décoller et à éliminer les comédons. La preuve : éprouvé en clinique pour réduire 93 % des comédons en 6 semaines. Une situation gagnante en tout point.

Photographie : Christine Hahn | Texte : Julie Redfern