Aperçu

Erin Bagwell

Vous êtes-vous déjà dit : « J'ai une idée géniale! »? Que celle-ci résolve un problème mondial ou qu'elle simplifie un peu la vie des gens, voici votre chance de la réaliser. Le concours Idées brillantes de Clinique, en partenariat avec TED, encourage les femmes de tous les horizons à partager leurs idées innovantes. Et même si vous croyez ne pas être capable, vous serez capable! Voici de quoi vous inspirer...

Tout a commencé lorsqu'Erin Bagwell a lancé Feminist Wednesday, un blogue de mise en récit qui réconforte les lecteurs avec des histoires audacieuses de femme souhaitant laisser une trace. Peu de temps après, elle autofinançait son documentaire pour partager ses histoires. Prévu pour être présenté pour la première fois en 2016, « Dream, Girl » raconte leur parcours. 

The Wink : Comment vous êtes-vous intéressée à la réalisation de films?
Erin Bagwell :  J'ai été choisie pour travailler sur un projet de court métrage dans mon école secondaire catholique et réservée aux filles de Buffalo, dans l'État de New York. Mon frère avait une caméra et puisque j'étais la « fille avec l'équipement », je dirigeais l'équipe. Nous avons écrit un scénario, nous l'avons tourné et j'ai fait le montage dans mon sous-sol. Lorsque nous avons projeté le film pour la classe et que les lumières se sont éteintes, j'étais à la fois terrifiée et impatiente. L'atmosphère de la pièce était électrique. Je n'avais jamais créé quelque chose provoquant une réaction aussi intense et je savais qu'à partir de ce moment-là, je voulais passer le reste de ma vie à retrouver cette sensation.

CdO : Comment est-ce que votre blogue a changé votre vie?
EB : J'ai commencé Feminist Wednesday en 2013 pour me sentir inspirée, tout en travaillant dans un emploi de type 9 à 5. J'ai toujours voulu être mon propre patron et j'adorais lire sur la manière dont d'autres femmes ont quitté leur travail et créé une entreprise. Quelque chose d'inattendu s'est produit lorsque je me suis entourée de ces pionnières : je me suis vue différemment. Je me suis sentie ambitieuse et j'ai pensé à comment ma vie aurait été différente si j'avais grandi avec des modèles de femmes entrepreneures. Peut-être que je n'aurais pas si peur de prendre des risques et que je ne douterais pas tout le temps de moi-même.

/eh_quote_v1.html

CdO : Comment êtes-vous devenue cinéaste?
EB : Feminist Wednesday a grandit et tout à coup, je n'étais plus seulement une blogueuse.J'étais une fondatrice. J'avais un groupe de femmes entrepreneures, qui m'encourageait à continuer de croître et rêver. Leur soutien fut transformateur et je me suis donné le courage de quitter mon emploi. J'ai utilisé mes économies pour embaucher une équipe de production féminine pour réaliser la vidéo qui a lancé notre campagne Kickstarter. Nous avons recueilli plus de 104 000 $ afin de produire le documentaire pour raconter les histoires de femmes inspirantes.

CdO : Quel est l'objectif de « Dream, Girl »?
EB : Je veux que toutes les filles connaissent les noms de femmes entrepreneurs comme Mariama Camara, Julie Sygiel et Joanne Wilson. Je veux qu'elles sachent qu'elles n'ont pas besoin d'estomper leur éclat ou de cacher leurs forcesque c'est tout à fait acceptable d'être une femme ambitieuse et novatrice. Je veux inspirer la prochaine génération de dirigeants.

CdO : Que pensez-vous qu'il manque dans le débat actuel sur le féminisme?
EB : J'en ai assez des gens qui pensent que le féminisme se résume à dénigrer les hommes. Nous vivons dans une société où les femmes sont payées 76 cents pour chaque dollar qu'un homme gagne, où nos politiques de santé et de maternité font atrocement défaut et où une femme n'a jamais été présidente. Les inégalités auxquelles les femmes font face ne sont pas contestables, que vous aimiez ou non le terme « féministe ». Il y a un véritable travail à faire et de profonds changements à réaliser, et plutôt que de se pencher sur le nom d'un mouvement, j'aimerais que les médias traditionnels se concentrent sur les problèmes qui ont besoin d'être résolus.

Le concours Idées brillantes de Clinique, en partenariat avec TED, s'inspire du Clinique Smart sérum réparateur action sur mesure et traitement pour les yeux, des soins de la peau polyvalents, qui comprennent le passé de votre peau et modifient son avenir.

Photographie : Taylor Jewell | Texte : Grace Gold | Coiffure : Jon Rackless | Maquillage : Ashley Frato